Fédération Genevoise Equestre

News: Assemblée de la FGE

La Fédération Genevoise Equestre (FGE) a un nouveau président. Après six ans d'activité, Jean-Jacques Riond a transmis le relais à Christian Leuenberger hier soir à Thônex à l'occasion de l'assemblée générale.

Arrivé à la tête de la FGE en tant que «spectateur» comme il se définit et aussi en raison de ses deux filles cavalières, Jean-Jacques Riond a amené des idées neuves et du dynamisme. Pour montrer que la FGE sert à quelque chose.

Relancer la remise des mérites, création d'un site Internet, rassemblement de toutes les finales de saut en un même lieu et mise sur pied d'un championnat genevois de saut poney. Jean-Jacques Riond évoque avec satisfaction les principaux projets qu'il a pu concrétiser. «Avec l'aide d'un comité fidèle qui m'a toujours soutenu» s'empresse-t-il d'ajouter.

«Mais après six ans, je sentais que le moment était venu de céder le témoin. C'est une décision que j'ai prise il y a un an. Ma motivation a baissé en raison notamment du manque d'intérêt des gens du milieu pour leur fédération qu'ils considèrent comme peu utile». L'assistance très clairsemée hier lors de l'assemblée générale donne un nouvel exemple de ce propos. Seul quinze personnes étaient présentes face au comité. «Soit les gens estiment que tout va bien, soit il y a un désintérêt évident pour les activités de leur fédération» constate-t-il.

Et puis, une telle fonction est exigeante. «Ça prend du temps, de l'énergie et de la réflexion. «Il y a une beaucoup d'administration à faire, une douzaine de comité par an et la représentation de la FGE à la Fédération Equestre Romande chaque mois» ajoute Jean-Jacques Riond. A 53 ans, il a envie d'autre chose et parle de nouvelles envies dans la voile notamment qui est l'une de ses passions.

La présidence est une fonction exigeante mais enrichissante. «J'ai beaucoup aimé le contact avec un environnement de gens très différents, poursuit le président démissionnaire. A l'inverse, je regrette le manque d'esprit sportif dans le milieu hippique genevois. Une culture sportive que j'ai bien sentie dans la voile et le triathlon que j'ai pratiqué à bon niveau. J'aurais aussi voulu fédérer davantage, mais ce n'est pas facile avec l'individualisme genevois».

Continuité et ouverture

Loin d'être frustré ou déçu, Jean-Jacques Riond reste au comité. Il épaulera le nouveau président Christian Leuenberger, élu à l'unanimité hier soir. Celui-ci n'est pas un inconnu. Président du Club de l'Eperon (Onex) et responsable du site Internet de la FGE depuis deux ans, il est aussi cavalier de saut et de dressage.

A 36 ans, il arrive avec des idées et compte mettre à profit l'expérience de son métier de marketing manager. «On va travailler dans la continuité sur les bonnes bases acquises. La FGE continuera à être très active sur le terrain, mais je compte la rendre plus populaire en l'ouvrant à des disciplines moins connues comme le TREC et l'équitation de loisir notamment». Le comité pourrait donc s'élargir avec des représentants de ces disciplines. Un changement de statut a d'ailleurs été avalisé hier soir dans le but que le comité ne soit plus limité à 12 membres.

«Je souhaite aussi responsabiliser davantage les représentants des disciplines au comité. Ils doivent devenir de vrais leaders et être associés fortement à la FGE par les gens. On les verra par exemple me représenter à un apéritif officiel».

La vice-présidence change également. Didier Saxod prend la place de Raphaël Fradkoff. «Nous avons le projet que le poste de président change tous les deux ou trois anspour favoriser l'apport d'idées et le dynamisme. Didier Saxoddevrait êtremon successeur». Christian Leuenberger se réjouit aussi des contacts avec la Fédération Equestre Romande (FER). Rendre l'assemblée générale et la remise des mérites plus attractives est aussi l'un de ses objectifs.

Les autres faits marquants de la soirée

Dans son rapport, le président Riond s'est notamment réjouit des «finances saines» de la FGE. Le trésorier Axel Wend a déploré que certaines sociétés n'aient pas encore payé leurs cotisations. Il les a encouragées à le faire.Jean-Jacques Riond a aussi parlé des changements apportés au règlement du championnat genevois juniors non-licenciés désormais parrainé par les parfums Lanvin de la maison Tschanz Distribution (voir news du 19.02.08). Il a évoqué également la FER. «Dès l'an prochain, c'est elle qui gérera l'attribution du franc de base. A la demande de Swiss Olympic, elle va créer un cadre régional pour continuer à toucher des subventions de Swiss Olympic».

Au chapitre démission et admission, la Société Hippique de Laconnex, fondée par M. Bouvard, a été dissoute faute d'activité tandis que le Club des Ecuries de la Chaumaz remplacera à terme le Cercle Hippique de La Chaumaz cher à Sylvia Michel qui souhaite prendre un peu de recul.

Les responsables des disciplines au sein du comité FGE ont relevé avec satisfaction les succès des représentants genevois dans diverses compétitions nationales et internationales. Citons notamment le titre romand en dressage N pour Corinne Streit, le succès de Julie Delaporte au championnat suisse de saut des jeunes cavaliers ou encore la 13e place au championnat du monde d'attelage poneys pour Marjorie Magnin.

Le responsable des poneys Gérôme de Rham s'est réjoui du succès de la première édition du championnat genevois poneys de saut. «Sur les 50 cavaliers poneys recensés dans le canton, 30 ont participé à la finale. L'expérience continue cette saison» précisait-il avant de relever certains rendez-vous importants organisés à La Chaumaz: la Coupe suisse poneys (7 septembre) et les finales genevoises de saut (20-21 septembre).

Autre satisfaction, la réussite du 1er championnat romand de tétrathlon. «Cette année, ce championnat comptera quatre manches, contre deux l'an passé, et une finale. Nous continuons la promotion de ce sport, des cours de perfectionnement seront organisés et nous allons envoyer une équipe romande au championnat suisse avec des bons résultats espérés» relevait Anita Raverdino, responsable de la discipline au sein de la FGE. Sous l'impulsion de Didier Disero, la voltige gagne de l'intérêt. Une compétition nationale sera organisée en mai à Genève.

Une remise des mérites sobre

Enfin, la salle communale de Thônex s'est animée lors de la remise des mérites 2007. Vu le manque d'intérêt témoigné lors des dernières éditions pour la soirée annuelle, le comité a opté pour une solution sobre. Ce qui n'a pas enlevé le sourire aux personnes récompensées. «C'est la première fois qu'on a un flot personnalisé avec notre nom» relevait radieuse la meneuse Christelle Despont. Le comité a remis un mérite à Sophie Mottu pour son engagement à la tête du Concours Hippique International de Genève.

Pascal Mathieu

Remise des mérites 2007: de g. à d. au premier rang: Antonella Joannou, championne romande dressage jeunes chevaux CH, Alexia Borgeat, Coralie Crettenand et Jenna Rohrbasser (manque Aude Bougard), équipe d'Avusy championne romande de tétrathlon par équipe. 2ème rangaccroupis : Léana Joannou, championne genevoise dressage juniors, Julie Martin, championne genevoise saut poneys AB, Laetitia Malfanti, championne genevoise saut poneys C, Sandra Chardonnens, championne romande attelage 2 poneys cat. M-S, Anouk Loutan, championne genevoise dressage 1 cheval cat. L, Jean-Jacques Riond, président démissionnaire FGE. Debout de g. à d: Nicolas Wespi, champion genevois juniors non-licenciés, Christian Leuenberger, nouveau président FGE, Vincent Deller, champion romand élite saut, Anita Raverdino, responsable tétrathlon FGE, Corinne Streit, championne romande dressage cat. N et responsable dressage FGE, Jeanne Schaller, championne genevoise saut poneys D, Aurélie Schaller, championne genevoise saut R, Jessy Putallaz, champion genevois saut N, Sophie Mottu, directrice du CSI-W de Genève, Christelle Despont, championne romande attelage 2 chevaux M-S, et Raphaël Fradkoff, animateur de la soirée. Manquent: Sébastien Botelli, champion romand attelage 1 cheval L, Carlo de Donato, champion genevois dressage R/N, et Julie Delaporte, championne suisse saut jeunes cavaliers.