Fédération Genevoise Equestre

Attelage: événement à Chancy en septembre

Ce week-end, une dizaine de meneurs se sont retrouvés sur le terrain de Chancy à Eaumorte (photo) à l´occasion d´un entraînement de compétition dispensé par le maître Gérard Sainte-Beuve, 11 fois champion de France d´attelage à 4 chevaux. Aujourd´hui retiré de la compétition internationale, le meneur de Compiègne transmet son savoir et son expérience aux compétiteurs. A Chancy, où il vient depuis 5 ans, l´encadrement a été optimal. "Nous avons travaillé le dressage, la mise en place, la maniabilité et le derby, explique-t-il. Et si un détail n´allait pas la veille, nous l´avons corrigé aujourd´hui". Certains meneurs ont aussi demandé conseil au sujet du matériel. 


Gilles Grandjean et Gérard Sainte-Beuve (de g. à d. devant) aux côtés de Marshal et Monique Schenkel (sur l´attelage).

Responsable de cet entraînement et de l´attelage au sein de la Fédération Genevoise Equestre, Gilles Grandjean était présent. L´occasion d´évoquer avec lui les finales suisses d´attelage 2003 dont il préside le comité d´organisation. Du 4 au 7 septembre, Chancy accueillera les plus fins meneurs de Suisse de toutes les catégories (1,2 poneys - 1,2,4 chevaux). Ce sera l´événement de fin de saison dans cette discipline où certains Genevois excellent. Si Maria Anthonet et Christelle Despont ont été sacrées championnes romandes l´an passé, Marjorie Magnin a décroché l´or au championnat suisse.

Beau spectacle en perspective

Environ 120 bénévoles seront mobilisés pour cette manifestation dont le budget avoisine les 110´000 francs suisses. "Nous avons besoin de sponsors" lance Gilles Grandjean. La Société Equestre de Chancy (SEC) dispose d´un vaste terrain équipé d´un étang et d´obstacles de marathon fixes. Ceux-ci seront remaniés pour le championnat suisse. "Nous allons également changer le pont afin que les attelages puissent aussi passer dessous" s´enthousiasme Gilles Grandjean. Les soirées promettent d´être variées. "Il y aura des animations nocturnes avec des attelages, du dressage et des jongleurs".


Gilles Grandjean, le président du comité d´organisation, devant l´affiche du championnat suisse d´attelage 2003 et le plan des infrastructures.

Près de 10´000 personnes s´étaient déplacées le samedi lors des finales 2001. Les organisateurs espèrent que les visiteurs seront aussi voire plus nombreux pour l´édition 2003. L´entrée sera libre. Le spectacle promet d´être à la hauteur du talent des meneurs et chevaux présents. La démonstration faite par certains meneurs dans les obstacles de marathon à l´occasion de l´entraînement de ce week-end a été époustouflante. L´attelage vire dans des passages exigus sans accroche. Le meneur garde son sang froid. Les chevaux se faufilent. Le spectateur vibre!

Motivés malgré des problèmes juridiques

Déjà hôte des finales suisses 2001, la SEC se relance dans l´aventure en dépit de problèmes juridiques. Nous n´entrerons pas ici dans les détails, mais nous préciserons simplement que les membres de la SEC ont installé en 1996 un parcours d´attelage avec obstacles de marathon et étang sur une zone agricole alors que celle-ci aurait dû être auparavant déclassée en zone sportive. Le Département de l´aménagement, de l´équipement et du logement (DAEL) est intervenu. Les recours se sont succédés. Pour l´instant, la situation est stable. Mais cela risque de changer après le championnat suisse.


Gilles Grandjean et Maître Franco Foglia gardent le sourire et espèrent trouver un terrain d´entente. Le jeu en vaut la chandelle.

Dans une lettre datée du 6 septembre 2002 et adressée à Me Franco Foglia, conseiller juridique de la SEC, le chef du DAEL Laurent Moutinot a accepté de prolonger de 60 jours le délai imparti pour se conformer aux décisions des autorités genevoises. En clair, Gilles Grandjean et son équipe auront 60 jours dès le 5 septembre 2003 pour démolir les obstacles et l´étang et remettre le terrain dans son état initial. Pareille fin est inimaginable pour les passionnés d´attelage. "C´est un terrain d´entraînement et de compétition unique en Suisse romande. En plus, il constitue une magnifique promotion pour Genève. Les autorités doivent le comprendre et s´en rendre compte" lâche Gilles Grandjean, conscient pourtant qu´on ne peut faire fi des lois. Il espère trouver un terrain d´entente avec les autorités et que la situation se régularisera. Une décision du DAEL ou une initiative parlementaire ou populaire (10´000 signatures à récolter…) pourraient sauver les obstacles du terrain de Chancy. En attendant, le comité d´organisation ne se décourage pas et va de l´avant. Tout doit être prêt pour le 4 septembre prochain.

P. M.