Fédération Genevoise Equestre

CSI-W de Genève : plateau royal et nouvelle halle

C'est dans le cadre élégant d'une salle de l'Hôtel La Barcarole à Prangins (VD) que les organisateurs du Concours hippique international de Genève (4-7 décembre à Geneva Palexpo) ont présenté mardi matin une première fois leur événement aux médias. Le programme général, que vous pouvez consulter ci-dessous, ne subit aucun grand changement. Comme chaque année, il mélange la compétition sportive de très haut niveau et des épreuves et attractions surprenantes.   

Genève est toujours le concours indoor préféré des cavaliers qui l'ont choisi pour accueillir la 3e édition du Top Ten présentée par Rolex et Gandini. Cette épreuve très spectaculaire en deux manches (la 2e sera réduite et légèrement différente), réunira samedi soir dès 20h50 les dix premier de la liste du classement mondial FEI-Gandini établi le 24 novembre prochain.

« Nous reprendrons le principe du « kiss & cry » car nous voulons mettre des visages à des noms. 7 à 8 télévisions retransmettront cette finale. Cette épreuve a aussi été créée pour médiatiser davantage le saut d'obstacles » explique Alban Poudret (photo), vice-président du comité d'organisation du CSI-W genevois. Markus Fuchs abordera cette finale en tant que numéro un mondial. Il se pourrait qu'il y ait deux cavalières, l'Américaine Beezie Maden Patton et la charmante Suédoise Malin Baryard. Le Suisse Beat Mändli n'est pas loin non plus.    

Accueillir le Top Ten, c'est l'assurance d'avoir les meilleurs chevaux et cavaliers du monde. D'autant plus que cette année, le CSI-W de Genève ne souffre d'aucune concurrence. Paris a exprès déplacé ses dates. De son côté, la ville de Münich a fait déplacer un concert pour éviter une collision de son concours hippique avec celui de Genève. « Nous avons eu beaucoup de chance, concède Pierre E. Genecand, président du comité d'organisation de la manifestation genevoise. Il faut dire que nous avons eu un allié de poids en la personne de Ludger Beerbaum qui a écrit personnellement au Maire de Münich pour déplacer ce concert ».

Autres épreuves de choix, le Grand Prix Land Rover (vendredi  à 19h00) qualificatif pour le Grand Prix Rolex Coupe du monde (dimanche à 14h15). De précieux points seront en jeu en vue d'une qualification pour la finale d'avril 2004 qui aura lieu à Milan. C'est la première fois qu'une finale se déroule à Milan et en Italie.

Le concours débutera jeudi avec la grande chasse « En Châtillon » (19h00) et les spectaculaires « Six-Barres ». C'est à Genève que le record du monde de 2 mètres 12 sur obstacles inclinés avait été réalisé. Ira-t-on plus haut cette année ? Samedi sera une journée consacrée aux familles. Les prix d'entrée sont raisonnables et le programme est très varié. Il y en aura pour tous les goûts.

Autres nouveautés, une tournante avec quatre jeunes chevaux suisses de 6 ans le samedi à 14h30 montés par trois stars du saut, et l'augmentation du nombre des épreuves du Jockey Club. Cette année il y en a quatre dont une finale le dimanche avec les meilleurs de chaque épreuve (R2/L2, R3/M1 et R4/M2). Plus de relais avec un cavalier professionnel donc. Les membres du Jockey Club préféraient gagner tout seuls paraît-il. Les organisateurs se sont pliés à leur volonté.

Changement de halle

Comme nous vous l'avions annoncé sur ce site il y a quelques mois, le concours déménage dans la nouvelle halle 6 de Geneva Palexpo. La raison ? La Confédération suisse réquisitionne les halles 4 et 5 pour la mise sur pied d'un sommet mondial sur la société de l'information qui aura lieu du 10 au 12 décembre. Ce déménagement engendre un surcoût d'environ 450´000 francs suisses couvert par la Confédération et Geneva Palexpo. De fait, l'aménagement a dû être complètement revu par les organisateurs. Nouvelle décoration, piste principale de 55 par 90 mètres (contre 48 par 98 mètres pour l'ancienne piste) avec angles arrondis, bars sur deux niveaux, telles sont quelques nouveautés qui attendent le public.

« Sur le papier c'est joli. On espère que la réalité le sera aussi, lance souriant Eric Sauvain (photo), le coordinateur des constructions. Il a fallu repenser le tout, du porte manteaux au cendrier, au bout de moquette. On a commencé à en parler dès la fin du concours l'an passé. On travaillait chaque année avec du copier-coller. On améliorait quelques détails. La plus grosse modification a été d'installer le restaurant des cavaliers derrière l'écran géant ».

Là, il faudra tout construire : la tribune du jury, les restaurants, les cuisines, la tente pour la presse, des tours TV indépendantes des tribunes pour les spectateurs où 6´500 places sont prévues. Un espace en bordure de piste est destiné aux handicapés en chaise roulante. La piste d'entraînement sera un peu plus grande : 42 par 30 mètres. Le public y conserve l'accès. Tout devra être démonté pour le lundi 8 décembre à midi. Geneva Palexpo sera ensuite investi par l'armée suisse qui veillera à la sécurité du sommet mondial sur l'information.

Ce déménagement n'est que provisoire. En 2004, le CSI-W retrouvera les halles 4 et 5. Pourquoi ne pas rester dans la halle 6 ? Raison financière d'abord. Ce déplacement, on l'a dit, engendre un coût supplémentaire d'un demi million de francs. Raison technique d'autre part. « La halle 6 de Palexpo, explique Pierre E. Genecand, n'est pas faite pour recevoir des événements sportifs. Il y a des problèmes d'éclairage TV et surtout des boîtes et conduites électriques réparties sur l'ensemble du sol. Cela pose des problèmes d'étanchéité. Si l'eau venait à s'infiltrer dans l'une de ces boîtes, tout le circuit électronique de Palexpo pourrait en souffrir. 

Les Romands à l'honneur

Il est encore trop tôt pour vous donner les noms des cavaliers étrangers qui participeront au CSI-W. Il se pourrait que les 3 ou 4 meilleurs cavaliers américains, dont Peter Wylde et Laura Kraut, soient présents. Ce qui est certain, c'est que les organisateurs croulent sous les demandes. Celles-ci augmentent d'année en année. « Nous recevons environ 250 demandes, mais ne pouvons prendre que 35 cavaliers étrangers. C'est un vrai casse-tête » lâche Alban Poudret. Les organisateurs ont de moins en moins de liberté dans leur choix. La Fédération Equestre Internationale leur impose des quotas.


Photo: www.steveguerdat.com 

Par contre, on connaît déjà la composition de la sélection suisse officielle opérée par les 3 chefs d'équipe Rolf Theiler, Heidi Hauri et Rolf Grass, en discussion avec les organisateurs du CSI-W. La délégation suisse compte 14 cavaliers : les membres du cadre des championnats d'Europe, Markus Fuchs, Steve Guerdat (photo), Beat Mändli et Willi Melliger, les membres du cadre élite Christophe Barbeau, Daniel Etter, le champion suisse Beat Grandjean, Dehlia Oeuvray, Niklaus Schurtenberger (qui en rêvait depuis des années !), Fabio Crotta, Claudia Gisler, Christina Liebherr et les Genevois Philippe Putallaz et Céline Stauffer. « 7 Romands donc et beaucoup de jeunes » se réjouit Alban Poudret, heureux également d'annoncer que 4 Romands méritant supplémentaires participeront au CSI-W grâce aux « wild cards » (invitations), à savoir la championne romande Faye Schoch (18 ans), Sarah Chiecchi, Pierre Kolly (15e et réserviste de la sélection officielle) et la Genevoise Pascale Dusseiller.

Précisons que les bénéficiaires des « wild cards » devront monter le cheval avec lequel ils se sont qualifiés. En cas de blessure, un autre cheval ayant obtenu au moins trois classements S dans l'année avec ce même cavalier pourra prendre le départ.   

La cavalière de Corsier (33 ans) a appris la bonne nouvelle il y a quelques jours seulement. Elle a bénéficié de l'intégration dans la sélection officielle des 3 Romands qui la devançaient au championnat suisse, à savoir Beat Grandjean, Céline Stauffer et Philippe Putallaz, et de la règle qui dit que la « wild card championnat suisse » peut être transmise aux viennent-ensuite. Ce précieux sésame en poche, Pascale Dusseiller (photo) pourra participer à l'ensemble des épreuves, sauf les Grand Prix Land Rover et Rolex comptant pour la Coupe du monde. Elle montera sa fidèle Quality.

« Je suis heureuse. C'est la cerise sur le gâteau après notre bonne saison et notamment cette qualification pour la finale du dimanche au championnat suisse (11e) » confiait Pascale qui a déjà pris part plusieurs fois au CSI-W de Genève avec Cannon, Lamborhini, Espère puis Jordan. La dernière fois c'était avec Jordan en 2000. Autant dire qu'elle se réjouit d'y retourner tout autant que son groom Lionel Levadoux et son entourage. Comme Quality n'a plus participé à un concours depuis le championnat romand élite (où Pascale, 2e, avait passé près de la wild card), Quality n'a plus participé à un concours. En guise de préparation, Pascale envisage d'aller prendre part à un concours chez Philippe Rozier.

Quadrille d´attelage impressionnant!

L'an passé l'étape de la Coupe du monde d'attelage avait enflammé la foule. « Nous sommes tristes de devoir y renoncer cette année faute de moyens financiers, indique Alban Poudret. Déjà l'an passé, nous avions lancé l'initiative sans l'aide d'un sponsor. Nous ne pouvons pas nous permettre de le faire deux années de suite. Malgré le fait que nous ayons fait venir des sponsors éventuels sur place pour assister au spectacle l'an passé, aucun partenaire ne s'est hélas proposé ».

Pas de Coupe du monde donc, mais l'attelage n'en sera pas pour autant oublié. Quatre meneurs internationaux d'exception, le champion du monde le Suisse Werner Ulrich, le vice-champion du monde et multiple médaillé le Hongrois Jozsef Bozsik, le vainqueur de l'étape Coupe du monde de Genève l'an passé le Suisse Daniel Würgler et son jeune compatriote Stefan Kläy présenteront un quadrille à 4 chevaux sur la piste principale. « Les 4 meneurs ont promis d'enflammer la salle, ce sera grandiose ! » assurent les organisateurs.

Comme l'attelage, la Coupe du monde de dressage ne fait plus étape à Genève depuis 3 ans. « La Coupe du monde de dressage n'a toujours pas trouvé de sponsor. Nous ne pouvons pas nous permettre d'en accueillir une étape. Sans parler de la concurrence de Stockholm qui a lieu une semaine plus tôt et qui nous priverait des meilleurs vu que le voyage est trop long pour rejoindre Genève deux jours plus tard » regrette Pierre E. Genecand. Un « clinic » (démonstration) de dressage, présenté par la Genevoise expatriée à Zürich et membre de l'équipe suisse Marie-Line Wettstein-Darier, aura lieu dimanche après-midi (13h15) juste avant le Grand Prix Rolex. 

Multiples attractions  

Malgré le déménagement, le concept reste le même. Le traditionnel village des exposants où les spectateurs ont désormais pris l'habitude de déambuler ne disparaît pas. Et pour satisfaire tout le monde, même les moins connaisseurs, les organisateurs ont programmé une série d'animations. Le public apprécie de plus en plus les spectacles qui sont présentés à Palexpo. « L'idée à Genève c'est vraiment de faire une fête, explique Alban Poudret. La fête de tout le cheval. On veut montrer la diversité du monde hippique. On le fait déjà dans les épreuves attractions avec la chasse sans selle, les clins d'œil à l'humour, à l'émotion. Et on le fait aussi avec les attractions sur la piste 1. Cette année, il y aura un magnifique quadrille de Frisons et plein d'autres surprises concoctées par notre responsable des attractions Emmanuelle Lathion. Il y aura également de l'attelage. L'idée c'est de montrer que du shetland au pur-sang, du Franche Montagne au sauteur ou au cheval de saut et de dressage, tout le monde a sa place à Palexpo. Tout public a sa place également ».

Le quadrille des Frisons nécessitera une mise en scène particulière puisqu'il sera présenté dans la nuit complète. Un vrai casse-tête pour Eric Sauvain ! Seuls les bandages fluorescents des chevaux seront visibles. Le jeu de lumières s'annonce exceptionnel. « L'Allemande Petra Justen a eu envie de présenter les chevaux sous un jour différent afin que les spectateurs s'attardent davantage sur les allures, le mouvement et le dynamisme du cheval plutôt qu'à ses contours et à sa beauté plastique, explique Emmanuelle Lathion. Elle avait aussi envie de poser le cheval dans un monde futuriste, un ailleurs à décoder ». Le spectacle a déjà été présenté cette année à la BEA à Berne. Les personnes qui l'ont vu ont complimenté la prestation. A voir les vendredi et samedi soir. Les Aigles du Léman présenteront aussi des cascades de pigeons !

Sur la piste 2, le public pourra écouter un conte de Noël inspiré du roman « Sans Famille » d'Hector Malo. Le récit présentera un rêve de Rémy qui, devenu grand, se revoit à l'âge de 8 ans, abandonné et vagabond avec Monsieur Vitalis. Grâce à la force du rêve, il retrouvera ses amis d'autrefois qu'il a tant aimés et avec qui il a partagé ses années d'errance. C'est alors qu'entreront en scène le shetland BeeGee, un habitué des attractions du CSI-W, et les petits chiens Capi et Zerbino.

Avec son petit singe Jolicoeur sur les épaules, Rémy visite plusieurs manèges et rencontre Black, un cheval qui se disait malade pour ne pas travailler, les pigeons cascadeurs, Monsieur Vitalis bien sûr mais aussi les saltimbanques et chanteurs de romance. Il tombera aussi dans les bras de sa Maman qu'il aime tant et qui, grâce à la force du rêve, partage avec lui ce rêve mélancolique. Ensemble, ils finiront par présenter un magnifique numéro avec un cheval. Ce conte de Noël sera présenté grâce à la participation des acteurs et chanteurs suivants : Les Aigles du Léman, Kathrin Koch, Véra et Pierre Chydivar, Delphine Kahn-Bonin, Christine Guignard, Valdi Melchior, Bruno Boisliveau, Anne-Christine Bassin et Rémy.

Par ailleurs, toujours sur la piste 2, Joël Laugier, directeur de l'Académie d'art équestre de Provence, présentera différentes figures peu classiques de Haute Ecole en pas de deux avec Delphine Kahn-Bonin telles que le galop sur trois jambes, la pirouette vissée sur un antérieur, l'autre étant maintenu à l'horizontale, puis la pirouette au piaffer, le passage, et bien d'autres encore.

Le Vaudois Henri Wagneur et son brindle-horse, vainqueurs de Barokia 2003, présenteront un jeu de ballon à l'occasion d'une chorégraphie surprenante et spectaculaire. Toujours fidèle au rendez-vous, les sœurs Mottier et le Poney Club Cavaletti de Chavannes-des-Bois, présenteront quelques numéros sympathiques avec leurs poneys et leurs élèves. Grâce à eux, les enfants pourront faire leur baptême à dos de poneys ! On verra aussi Daniel Baudère et l'Association Pinocchio dans une mise en scène avec un poney aux longues rênes. Enfin, les chanteurs slaves Véra et Pierre Chydivar nuanceront de leurs voix douces des spectacles de rêve et de poésie.

Nouveau partenaire

Les temps sont durs pour tout organisateur de manifestation sportive. Le CSI-W de Genève peut heureusement compter sur la fidélité de ses partenaires principaux Rolex et Land Rover, rejoints cette année par la Banque Guyerzeller du groupe HSBC déjà très impliqué dans le tennis et le sport automobile. Cette banque soutiendra également les épreuves du Jockey Club.

« Au-delà de l'amitié qui nous lie au CSI-W de Genève et son président Pierre E. Genecand, nous perpétuons une tradition du fondateur de cette banque, Adolf Guyer-Zeller, qui fut un cavalier émérite, commente Ilan Hayim, le vice-président du comité exécutif de la Banque HSBC Guyerzeller. Nous sommes heureux de ce partenariat que nous espérons prolonger ces prochaines années ». Cette institution financière est déjà partenaire de la Fédération Suisse des Sports Equestres et sponsorise depuis plusieurs saisons l'équipe suisse junior de dressage. 

Le budget du la 43e édition du CSI-W de Genève s'élève à 3 millions de francs. Les infrastructures (village officiel, salle de presse, écuries, restaurants, éclairages) constituent les charges les plus importantes, tout comme le prize-money (20% du budget global) des 16 épreuves internationales qui dépasse les 516´000 francs suisses (sans compter les épreuves du Jockey Club où entre 12´000 et 15´000 francs de prix sont distribués). Parmi les dépenses importantes, signalons l'hébergement de 50 cavaliers et d'une cinquantaine de personnes de l'organisation (comité, membres du jury, officiels) pendant 5 jours. La publicité et la promotion de l'événement représentent 8% du budget global. Il faut aussi couvrir les frais liés à l'administration (secrétariat, attractions, entretien des obstacles, etc.) et à la restauration des quelques 700 bénévoles pour lesquels l'organisation met sur pied une soirée de remerciement chaque année.

Et puis il y a les taxes prélevées par la Fédération Equestre Internationale (FEI) et la Fédération Suisse des Sports Equestres : 8% du budget ! C'est conséquent. Trop pour Pierre E. Genecand (photo) qui ne cache pas son mécontentement. « Nous sommes le seul sport à être taxé par une fédération. Nous sommes la vache à lait qu'on trait depuis des années. La FEI n'amène déjà pas de sponsor (Volvo s'est retiré de la Coupe du monde il y a 4 ans). On se bat pour les supprimer mais on n'y arrive pas car ces fédérations sont tellement mal organisées qu'elles n'arrivent pas à s'en priver ».

Ce budget de 3 millions de francs suisses est couvert à 43% par les sponsors. La billetterie (25%) et le Jockey Club (12%) sont les autres éléments forts des rentrées financières complétées par différents dons de mécènes ou d'anonymes (3%), les exposants (2%), les inscriptions (2%) et les divers où l'on range la vente des petites épreuves, du foin et copeaux pour les chevaux.

Pascal Mathieu

Pratique :

Location au N° de téléphone 0848 800 800 ou via internet www.ticketcorner.ch

PROGRAMME GENERAL


Jeudi 4 décembre 2003:

9h00 Prix HSBC Guyerzeller
Jockey Club R2/L2, bar. A + barr. intégré
12h30 Epreuve internationale
Bar. A chrono
15h30 Prix des Communes genevoises
Bar. A chrono + barr. intégré
19h00 Prix "En Châtillon"
Chasse, bar. C
20h45 Conte de Noël (piste 2)
21h30 Prix Zschokke
"Six-Barres" (puissance progressive)
Vendredi 5 décembre 2003:
9h00 Prix HSBC Guyerzeller
Jockey Club R3/M1, bar. A + barr. intégré
à la suite Prix HSBC Guyerzeller
Jockey Club R4/M2, bar. A + barr. intégré
14h30 Youngster Tour
Bar. A chrono
16h15 Bar. A chrono
18h00 Saut en liberté
Swiss Breeding Classic
Présenté par Rufalex et Image
19h00 Grand Prix Land Rover
Bar. A chrono
Préqualificative Coupe du Monde FEI
à la suite Présentation du Swiss Team Trophy
Quadrille de Frisons
21h15 Conte de Noël (piste 2)
22h15 Prix Tribune de Genève
Relais aller-retour (2 cavaliers), bar. C
Samedi 6 décembre 2003:
8h30 Youngster Tour
Bar. A en deux phases
10h10 Jeunes chevaux suisses
R4/M2, Bar. A chrono
10h30 Poneys
11h30 Quadrille d´attelage
4 meneurs de classe mondiale
12h30 Prix Clarins
Epreuve à difficultés progressives
14h00 Numéros variés
Baptêmes à poneys (piste 2)
14h30 Tournante des chevaux suisses
trois 6 ans montés par 3 stars
Bar. A avec barrage éventuel
15h00 Conte de Noël (piste 2)
16h00 Prix Télévision Suisse Romande
Chasse sans selle
Défi cheval-poney
Barème C
18h15 Master HSBC Guyerzeller
Epreuve de combinaisons
Barème A + barr.
20h00 Saut en liberté Swiss Breeding Classic
présenté par Rufalex et Image
20h50 3e finale du Top Ten mondial
présentée par Rolex et Gandini
2 manches
à la suite Grand spectacle
Quadrille de Frisons ou
Quadrille d´attelage
Dimanche 7 décembre 2003:
8h30 Barème A chrono
10h00 Finale HSBC Guyerzeller
Finale Jockey Club
Bar. A chrono
11h30 Prix Hôtel Crowne Plaza
Finale Youngster Tour
Bar. A chrono + barr.
12h45 Grand spectacle
Quadrille d´attelage
13h15 Clinic de dressage
présenté par Marie-Line Wettstein-Darier
14h15 Grand Prix Rolex
Coupe du monde FEI
Barème A + barrage
à la suite Remise des prix spéciaux