Fédération Genevoise Equestre

Ludger Beerbaum domine la finale du Top Ten

Ludger Beerbaum règne sur le jumping international depuis deux ans. Sur Gladdys´S, il l´a encore prouvé à Genève en remportant pour la deuxième année consécutive la finale du Top Ten mondial Rolex-Gandini devant plus de 7´000 spectateurs en délire.

Logique ou hasard, le parcours signé par les chefs de pistes suisses Heiner Fischer et Rolf Lüdi a en tout cas permis au roi de n´être pas déchu. Ludger Beerbaum est arrivé à Genève leader du classement mondial. Il est reparti avec le titre de meilleur cavalier de l´année 2002. Plus une prime de 36´000 francs et une montre Rolex. Plus la Land Rover promise au meilleur cavalier du concours genevois.


Lars Nieberg (2e), Leslie Howard (3e), le vainqueur Ludger Beerbaum et Cayetano Martinez de Irujo, président du Club international des cavaliers de saut (de g. à d.).

Sans faute dans la première manche, tout comme l´Américaine Leslie Howard (finalement 3e), Ludger Beerbaum a pourtant commis une faute dans la deuxième. Son compatriote Lars Nieberg (2e) ayant bouclé le second tracé sans faute, il ne lui restait plus qu´à attendre le passage de Leslie Howard. Mais pour l´Américaine, comme pour Markus Fuchs l´an passé, la victoire s´envolait après une faute sur l´ultime obstacle. "Mon cheval n´était pas fatigué, c´est plutôt de la malchance. J´ai pourtant soigné l´abord de ce saut" confiait-elle heureuse. Leslie était la première femme, américaine de surcroît, à rejoindre cette finale prestigieuse. Déjà une performance en soi.

Aux Etats-Unis, peu de Grand Prix sont reconnus par la Fédération Equestre Internationale. Il y a donc moins de points en jeu qu´en Europe. "C´est pourquoi je m´efforce de rester le plus possible sur le continent" avouait la cavalière basée une partie de l´année en Hollande.

Déception pour Markus Fuchs

Seul Suisse parmi les finalistes, Markus Fuchs a dégringolé au 9e rang après quatre fautes de Tinka´s Boy sur le 2e tracé. Le double saut à deux foulées n´a pas convenu à la monture du Saint-Gallois. "J´ai un peu trop repris mon cheval qui n´avait plus assez de cadence. Il a donc fait deux fautes. Après c´était de toute façon foutu. Mais ça arrive" confiait-il.

Rodrigo Pessoa espérait sans doute mieux qu´une 7e place. "Cette faute dans la première manche m´a vraiment démotivé" lâchait-il. Mais le Brésilien s´est racheté le dimanche en remportant le Grand Prix Coupe du Monde Rolex sur Baloubet du Rouet devant Markus Merschformann (Camirez B) et Trevor Coyle (Fleur) qui a récupéré les montures de Lesley McNaught, dont Fleur

L´an prochain, Genève n´accueillera vraisemblablement pas la finale du Top Ten. Selon Rodrigo Pessoa, la 3e édition devrait avoir lieu à Bruxelles, tout prêt d´où il vit. "C´est un concours que nous allons essayer de relancer, précise le Brésilien impliqué dans l´organisation de cette manifestation. Il a été interrompu pendant quelques années". La décision définitive tombera courant février. Les futurs organisateurs de cet événement devront trouver les 150´000 francs de dotation nécessaires.

Prix spéciaux

Grâce notamment à sa victoire dans le Grand Prix Land Rover, le Britannique Robert Smith était le 3e plus régulier des cavaliers sur l´ensemble du concours genevois. Markus Merschformann repartait avec le 2e prix, tandis que son compatriote Ludger Beerbaum remportait le gros lot: une Land Rover. Sa groom Malin a elle aussi reçu un petit cadeau.

Quant à Christophe Barbeau, il était le meilleur représentant helvétique dans le Grand Prix Coupe du monde avec Querly Chin. "Je ne m´attendais pas à autant de sa part. Elle est capable de choses dont personne ne supposait, avouait le Fribourgeois. Elle m´a vraiment impressionné. Je suis sur un nuage!" Belle reconnaissance. Et immense satisfaction aussi pour Vincent et Ursula Stolz, les mécènes de Christophe, toujours discrets.

Daniel Würgler épatant

Debout sur sa voiture tirée par des chevaux qui filent à toute allure et agitant sa casquette pour saluer le public, la joie du meneur Suisse Daniel Würgler faisait plaisir à voir au tour d´honneur. Le Bâlois a remporté la 3e manche de la coupe du monde d´attelage à quatre chevaux. "C´est ma plus grande victoire" avouait le lauréat. Une performance à relever à plus d´un titre.

Daniel Würgler était au bénéfice d´une invitation (wild card). Il termine devant les grosses pointures, le Hollandais champion du monde par équipes Mark Weusthof, le Bernois multiple champion national Werner Ulrich et le champion du monde Ijsbrand Chardon. Et comme il a perdu deux chevaux cette année, il a dû recomposer un attelage qu´il entraîne depuis quatre semaines seulement. "Cette victoire est une belle conclusion après une saison qui fut difficile" ajoutait Daniel Würgler.

Grâce à son succès à Genève, le meneur suisse, électricien et instructeur d´attelage, devrait pouvoir participer à l´étape de Malines dans quinze jours. Actuellement 2e du classement provisoire de la coupe du monde toujours dominé par Thomas Eriksson, il espère être de la finale à Göteborg (Suède) fin mars.

Le jeune meneur suisse Stefan Kläy (21 ans) termine 5e pour sa première grande compétition en halle. "J´étais un peu nerveux, mais le public nombreux m´a motivé. Je sais que j´ai encore des progrès à faire" avouait-il.

Ravis de la réussite de cette première à Palexpo, les meneurs et Max E. Ammann, président de la coupe du monde d´attelage, souhaitent revenir à Genève. "On est très heureux d´avoir tenté l´expérience à nos frais. Mais il faudra trouver des sponsors. On en a invité plusieurs qui seraient susceptibles d´être intéressés" avouait Alban Poudret, vice-président du comité d´organisation du concours genevois.

Le CSI-W de Genève: une ambiance particulière 

Le CSI-W de Genève vient d´être élu meilleur concours hippique indoor du monde par les cavaliers internationaux de saut. La qualité des infrastructures y est pour beaucoup. Pistes, boxes, camions, restaurants, stands d´exposition, tout est sous un même toit. L´hôtel Crowne Plaza qui héberge les organisateurs, les cavaliers et les sponsors est à deux pas de Palexpo.

Mais il y a aussi l´ambiance. Si particulière au rendez-vous hippique genevois. Cela a sans doute fait la différence dans le choix des cavaliers internationaux. "Les organisateurs genevois ont un comportement exemplaire à l´égard des cavaliers qui se sentent comme en famille et s´amusent toujours beaucoup ici" confie Eleonora Ottaviani, directrice du Club international des cavaliers de saut.

Le public aussi apprécie l´ambiance du CSI-W. Quantité de stands d´exposition bordent l´arène principale. On s´y promène et on croise des amis, des connaissances, des cavaliers et même des personnalités comme Martina Hingis, grande passionnée d´équitation, Arnaud Boetsch ou encore Pierre Durand, champion olympique de saut d´obstacles aux JO de Séoul en 1988.

Il y a aussi la piste des attractions où l´on découvre le cheval sous plusieurs formes: quadrilles, saut en liberté des jeunes chevaux suisses, démonstration aux longues rênes notamment.  Mais ce que les visiteurs apprécient par dessus tout, c´est de pouvoir observer les chevaux et cavaliers à l´échauffement. "J´aime presque mieux regarder l´entraînement que les parcours, avoue Dominique Jurgens, cavalière amateur. C´est très intéressant de voir le dressage et les exercices de préparation qu´ils font".

L´an prochain, c´est la nouvelle halle 6 de Palexpo qui accueillera le concours hippique. Un nouveau départ. Un nouvel élan. Mais une ambiance qui restera unique.

P. M.

ECHOS 

Le point sur les classements des coupes du mondes

Grâce à sa victoire dans le Grand Prix Coupe du monde Rolex de Genève, Rodrigo Pessoa (58 pts) a conforté sa place de leader du classement provisoire de la Coupe du monde de saut 2002-2003 après six manches. Il a aussi assuré sa qualification pour la finale de Las Vegas (16-20 avril 2003). Suivent Jos Lansink (46 pts), Meredith Michaels-Beerbaum (45 pts), Ludger Beerbaum (43 pts) et Toni Hassmann (40 pts). Meilleur Suisse dans ce classement, Markus Fuchs, 7e avec 25 points. 5e à Genève, Christophe Barbeau a reçu 12 points et occupe le 23e rang, juste devant Paul Freimüller (26e). 29 ex æquo, Lesley McNaught et Beat Mändli sont plus loin. 

Daniel Würgler a fait lui aussi une bonne opération à Genève puisqu´il remonte à la 2e place du classement provisoire (10 points) qu´il partage avec l´Allemand Michael Freund. Le meneur suédois Thomas Eriksson est en tête avec 11 points après trois manches. Il en reste cinq avant la finale de Göteborg (27-30 mars 2003). Daniel Würgler garde espoir d´y participer. Werner Ulrich et Stefan Kläy occupent respectivement les 4e et 13e rangs.


Markus Fuchs rate sa finale du Top Ten

Après une excellente première manche sans faute, Markus Fuchs et Tinka´s Boy ont commis quatre fautes dans la deuxième. "Le double avec deux foulées n´a pas du tout convenu à mon cheval, explique Markus. Après la longue galopade qui précédait, j´ai dû trop le reprendre et n´avais pas assez de cadence. Après ces deux fautes, c´était de toute façon foutu. Mais ça arrive". Tinka´s Boy était pourtant en forme. "Il était bien à l´échauffement, mais ça peut arriver". Avant Noël, Markus ira à Londres. Avec deux chevaux et Tinka´s Boy. "Depuis Jerez, il a peu sauté".

Sachez aussi qu´avec 465´000 francs de gains, Tinka´s Boy occupe pour la deuxième année d´affilée la tête du classement des chevaux basés en Suisse qui ont accumulé le plus d´argent en 2002. Gryfino, que Paul Bücheler confie à Beat Mändli, est 2e (120´373 francs), tandis que Granie, propriété d´Adolfo Juri et monture de Markus Fuchs, pointe au 3e rang (88´893 francs).

Pour sa part, Markus Fuchs est le cavalier suisse qui a aligné le plus de sans faute en Coupe des Nations (8) cette année. Suivent de près les jeunes Claudia Gisler (7), Céline Stauffer (3) et Christina Liebherr (3).


Ce qu´ils ont dit après la finale du Top Ten

Eleonora Ottaviani, Directrice du Club international des cavaliers de saut:
"Les cavaliers ont eu beaucoup de plaisir, même si la formule n´est pas évidente pour eux. Il y a beaucoup de stress et la pause de seulement trois minutes entre les deux manches ne leur permet pas de souffler. Les cavaliers qui n´ont pas assisté à la finale du Top Ten l´an passé étaient enchantés du spectacle, comme Trevor Coyle".

Rodrigo Pessoa:
Que s´est-il passé pour le cavalier brésilien dans la finale du Top Ten? "Malheureusement, j´ai fait une toute petite faute dans la première manche qui m´a vraiment enlevé le moral pour la deuxième manche. Là j´ai pris un obstacle trop de biais qui a provoqué une dérobade. Ça ne s´est pas déroulé de la meilleure manière, mais c´est le sport. J´ai pu me rattraper aujourd´hui dans le Grand Prix Coupe du monde". C´était la troisième fois que Rodrigo Pessoa s´imposait dans le Grand Prix genevois dominical. Genève lui réussit bien. "Genève est un concours qui est vraiment très bien. On se sent bien ici. Ce n´est pas par hasard qu´il a reçu plusieurs fois le prix du meilleur concours indoor" concluait-il.  

 
Ludger Beerbaum:
Après son succès dans la finale du Top Ten, Ludger Beerbaum a fait un saut au stand du Cavalier Romand où il a partagé un verre avec Alban Poudret, Rodrigo Pessoa, Eleonora Ottaviani et ses compatriotes Lars Nieberg, Franke Sloothaak et Otto Becker. Avant de fêter son titre. "Nous avons eu un bon repas suivi d´une petit fête, c´était bien. Genève est un concours extra, l´ambiance aussi. C´est bien de gagner ici".

Daniel Würgler aux anges

Après sa victoire dans l´épreuve Coupe du monde d´attelage à 4 chevaux, le meneur suisse Daniel Würgler laissait éclater sa joie et son émotion. "C´est génial de gagner ici, surtout que j´avais une wild card. Et le plus beau, c´est de gagner une coupe du monde. Le public était génial. Plus beau, il n´y a pas".

Malgré la concurrence, le meneur bâlois est allé très vite. Ses poursuivants, dont le champion du monde Ijsbrand Chardon, n´ont pas manqué de le féliciter très chaleureusement. Mais comment a-t-il fait pour aller si vite? "Je pense qu´il faut être fort mentalement et surtout vouloir. Et aussi avoir un peu de chance. Et bien sûr, le public chaleureux m´a énormément aidé" avouait Daniel Würgler. Une belle victoire en tout cas après une saison difficile. "Oui, j´ai perdu deux chevaux. Pour moi, c´était donc important de gagner ici et cela me donne de la motivation pour la saison prochaine" concluait-il.

Quant au constructeur des parcours d´attelage, l´Allemand Falk Boehnisch, aidé par le Suisse Michel Gerber, il était élogieux envers le concours genevois. "Je suis très heureux d´avoir construit dans une telle halle, la plus grande sur le circuit. On peut faire un parcours à la fois technique et galopant. L´eau et la bute ont apporté un petit plus".

Le bilan des cavalières genevoises

Céline Stauffer et Sandra Putallaz ont pris part aux épreuves internationales. 7e de l´épreuve impressionnante des combinaisons, 7e également de la chasse sans selle et 9e d´un barème A avec Felin Pierreville et encore 5e de l´épreuve par équipe sur Lorifee avec Dehlia Oeuvray, Céline Stauffer était satisfaite de son concours. Mais elle regrettait d´avoir dû laisser son crack Daloubet d´Evordes au boxe. Rappelons que l´étalon s´est tapé la jambe au boxe avant d´arriver à Palexpo où il a commencé à avoir un peu mal au boulet. Il ne pourra plus sauter avant quelques semaines. "Rien de grave, assure Céline. Je pense reprendre la compétition au mois de mars. En attendant, je vais aller à Malines entre Noël et Nouvel An pour un CSI Coupe du monde". 

Sandra Putallaz était ravie de Palmira von Hof CH. "Elle a fait que des beaux tours. Le premier jour, j´ai fait sans faute et j´étais classée (12e). Le deuxième jour, j´ai fait un tour un peu plus gros où j´étais deuxième non classée mais elle était de nouveau sans faute. J´ai aussi fait le relais avec Ernst Wettstein. On a fait chacun une barre. Dimanche, j´ai fait 4 points. Mais j´étais contente car Palmira était régulière, avouait Sandra avant de conclure. "C´est un magnifique souvenir. C´était très plaisant de courir avec tous ces cracks". 

Des nouvelles de Katie Prudent

Lors de la Grande Chasse du jeudi soir, Katie Prudent s´est fracturé le tibia et le péroné. A la sortie de la rivière, elle a en effet touché la bordure du portail sans pour autant tomber de cheval. La cavalière américaine, qui monte désormais pour la France, a été opérée à l´Hôpital de la Tour à Meyrin. "Elle va bien, assurait dimanche soir son mari Henri Prudent. Elle sort demain et nous repartons pour Nancy. Elle était surtout déçue de ne pas pouvoir participer à la chasse sans selle (ndlr: qu´elle avait remportée il y a deux ans)". Katie va devoir observer une pause de trois mois. "Mais la connaissant, elle remontera plus vite" assurait en souriant son mari.

Des nouvelles de Calvaro V

Après son opération au ménisque qui l´a immobilisé pendant plusieurs mois, Calvaro V n´a pas repris la compétition. Il est donc à la retraite chez son cavalier Willi Melliger à Neuendorf (SO). Il fait quelques balades, sort de temps en temps au parc mais ne saute plus. Son propriétaire Hans Liebherr va régulièrement lui rendre visite. "On préfère le laisser chez Willi que le prendre chez nous à Bulle, explique Christina Liebherr, la fille du mécène bullois. Là-bas, il se sent chez lui et est entouré des gens qu´il connaît".

Quant à Christina Liebherr, elle se consacre désormais pleinement à sa passion, le saut d´obstacles, après une formation dans une école de tourisme à Zürich. Chaque jour elle monte ses cinq chevaux dans les installations spacieuses et modernes que son père a fait construire à Riaz près de Bulle. Beat Mändli, l´ancienne championne d´Allemagne Suzanne Behring et les jeunes Kate Mead et Delphine Frei en profitent aussi. "On est une petite équipe de compétiteurs, c´est très motivant" avoue Christina. 

Succès pour le Jockey Club

Créé en 1994 pour soutenir le Concours hippique international de Genève, le Jockey Club remporte d´année en année plus de succès. Le nombre de membres a passé de 105 l´an passé à 115 cette année. "C´est un record, lançait heureuse Anne Siegrist, la responsable du Jockey Club. La façon dont nous recevons les membres est pour beaucoup. J´ai une équipe de bénévoles souriants hors pair". Dans la nouvelle halle 6 de Palexpo, où aura lieu la 43e édition, l´espace qui leur est consacré sera agrandi. Eric Sauvain, responsable des infrastructures, a déjà préparé les plans.  


Des VIP dans les tribunes

Plusieurs personnalités du monde sportif et politique ont rendu visite au CSI-W de Genève. Rodolphe Huser, ancien directeur de Palexpo, s´est occupé de les accueillir. Samedi, il a pris son petit déjeuner en compagnie de Martina Hingis. "C´est une grande passionnée d´équitation. Elle a deux chevaux qui sont en pension dans une écurie près de Zürich". La joueuse de tennis a déambulé dans les stands, assisté à quelques épreuves et signé quelques autographes.

Même s´il ne connaît presque rien de l´équitation, le tennisman Arnaud Boetsch a apprécié son 2e passage au CSI-W. "C´est très sympa. Je n´y comprend pas grand chose, mais j´ai des amis qui m´expliquent. Je passe un bon moment". 

Pierre Müller, conseiller administratif de la Ville de Genève, a pratiqué le saut d´obstacles. Il a même une licence régionale de saut. "C´est un grand bonheur de revenir au contact de l´hippisme. C´était le sport que je pratiquais. Le concours de Genève est le plus beau du monde. La presse s´en est fait l´écho et c´est vrai, la halle de Palexpo se prête parfaitement à l´exercice".

Daniel Perroud, organisateur du Supercross, était aussi élogieux. "J´adore ce concours hippique. Il y a un travail extraordinaire qui est fait par les organisateurs. C´est un peu notre manifestation, puisqu´ils reprennent le flambeau après le Supercross et il y a une très bonne collaboration. J´ai beaucoup de plaisir d´être ici".

Pierre Durand, le champion olympique de saut d´obstacles à Séoul en 1988, accompagnait sa fille Lisa qui a participé à une épreuve du Jockey Club. "J´ai eu beaucoup de plaisir d´être ici. Je m´associe totalement aux cavaliers qui l´ont élu meilleur concours du monde. Car depuis longtemps et bien que je regrette de n´avoir pas concouru ici à Palexpo (ndlr: sauf dans l´épreuve des familles il y a trois ans), c´est mon concours favori". Aujourd´hui, Pierre Durand continue à être au contact des chevaux. Il s´occupe de sa fille Lisa, de ses élèves et de son village-cheval à Lacanau. Par ailleurs, il vient d´acheter un petit domaine où il cultive la vigne. "Je me retrouve plus que jamais près de la nature".

Textes: P. M.
 




Pour contacter l´organisation du CSI-W de Genève:

Secrétariat CSI-W/CAI-W de Genève
Place Saint-Gervais 1
1201 Genève - CH

Tél: +41 (0) 22 738 18 00
Fax: +41 (0) 22 738 18 58
Mail: contact@concours-hippique.ch
Site internet: www.concours-hippique.ch