Fédération Genevoise Equestre

Patrick Bartolo veut dynamiser la formation des juges

Le Genevois Patrick Bartolo (photo), aujourd´hui juge international, avait 20 ans lorsqu´il débuta sa formation de juge de saut d´obstacles. "J´en avais un peu marre de voir de vieux juges appliquer le règlement de manière militaire" avait-il déclaré avec humour dans une interview accordée à La Tribune de Genève en décembre 2000. Pleine de spontanéité, cette phrase n´avait pas été lancée pour dénigrer une manière de faire, mais plutôt pour signifier un état d´esprit, plus moderne, plus en phase avec l´évolution du sport.

Souvent perçus comme des "flics", les juges sont là pour faire respecter l´éthique et le règlement afin que les épreuves hippiques se déroulent dans de bonnes conditions. "Aujourd´hui, il convient de modifier le comportement et la mentalité des juges qui se doivent d´être à l´écoute des cavaliers, explique Patrick Bartolo, responsable informatique dans une société de gestion de fortune genevoise. Nous sommes un peu des arbitres qui doivent gérer des situations et faire comprendre sans hurler des décisions prises sur la base d´un règlement. On n´est pas du tout contre les cavaliers, mais ils doivent nous respecter". 


Mieux encadrer la formation

Pour transmettre cette philosophie et harmoniser la façon de juger en Suisse, Patrick Bartolo a accepté récemment de s´occuper de la formation des juges en Suisse romande, Bruno Laubscher faisant de même en Suisse allemande. C´est la commission technique de saut, présidée par la juge Catherine de Coulon, qui chapeaute ce dicastère.


Candice Eissler (3e depuis la gauche) compte parmi les jeunes juges actifs dans le canton de Genève.

Sans prôner de révolution, Patrick Bartolo souhaite insuffler un renouveau dans la formation des juges qui se doit d´être plus attractive. "Aujourd´hui il y a un problème de formation. Certaines personnes sont candidats juges, mais ne peuvent pas avancer dans leur cursus car il manque des examens, des cours etc. On va y remédier. Il faut aussi rendre ces cours plus attractifs. En expliquant au moyen d´exemples concrets et vécus comment il faut réagir quand survient un événement inattendu: un homme de piste qui coupe la trajectoire d´un cavalier, un arbuste qui tombe à cause du vent etc.".

Même s´il n´y a aujourd´hui pas de pénurie de juges à Genève, Patrick Bartolo reconnaît qu´il manque des présidents de jury. Mais Adrien Gonseth (photo ci-dessus), actuellement juge national, devrait passer son examen en automne.

P. M.

INTERESSE (E) PAR LA FORMATION DE JUGE?

Si vous êtes intéressé (e) par la formation de juge ou souhaitez obtenir des renseignements sur cette activité, contactez Patrick Bartolo:

Patrick Bartolo
Rue Albert-Gos 3
1206 Genève
079 202 87 10
022 839 30 60 (prof.)
pbartolo@sodiprives.ch