Fédération Genevoise Equestre

Philippe et Sandra Putallaz à la fête dans le GP de Verbier

Les Genevois Philippe et Sandra Putallaz ont fait sensation à Verbier puisqu´ils se sont classés respectivement 3e et 8e du relevé et très bien doté Grand Prix des Montres Franck Muller, l´apothéose du concours national de Verbier.

Malgré les défections de quelques têtes d´affiche (Willi Melliger a fait un aller-retour direct samedi, Beat Mändli aurait voulu starter mais le propriétaire de ses chevaux le lui a interdit et Eric Navet a renoncé juste avant le GP) et un terrain boueux mais praticable, la lutte opposant l´élite romande à certains des meilleurs cavaliers mondiaux a été passionnante à suivre. D´autant plus que les constructeurs Pierre Dolder, Daniel Aeschlimann, Peter Maurer et le Genevois Thierry Eissler ont édifié un parcours qui laissait ses chances à chacun. "Du boulot intelligent!" confiaient certains cavaliers. Le Suisse Markus Fuchs, numéro 8 mondial, s´est imposé devant le Belge Ludo Philippaerts, numéro 4 mondial, et le Genevois Philippe Putallaz.

Déjà vainqueur en 1999 et 2000 et bien décidé à remporter ce lucratif Grand Prix de Verbier, Markus Fuchs ne pensait pas pouvoir battre le temps de Ludo Philippaerts dans la 2e manche. Mais sur Frontline, il a pris des risques et cela a payé. "Ce n´est pas un de mes meilleurs chevaux, il est un peu spécial. Mais il est capable de faire des bonnes choses" avouait Markus, qui était également 4e avec Royal Charmer. "Royal Charmer a beaucoup de qualités. Il sera bientôt un vrai crack mais il lui faut un peu de temps" confiait Markus à propos de ce cheval qu´il a racheté début juillet aux Hauri.


Markus Fuchs a encore frappé fort à Verbier (photo: CSI Neuendorf). 

Apparemment, même boueuse, la piste n´a pas gêné Markus Fuchs. "Le terrain était un peu sale, mais pas dangereux pour les chevaux. Ils ont bien sauté" relevait-il. De quoi lui donner envie de revenir. "Ça dépend du plan international. L´an passé, j´étais obligé d´aller à Dublin. Mais je pense revenir l´an prochain". Une promesse qu´a aussi évoquée Eric Navet, qui tient absolument à voir les sommets montagneux sous le soleil. 

Après sa victoire, Markus Fuchs est allé coaché l´un de ses apprenties. "Je suis venu ici avec deux apprenties qui ont couru dans les épreuves libres et régionales. C´est une bonne occasion pour moi de les suivre et les entraîner un peu, car je ne suis que très peu à la maison normalement". Markus avoue être loin de chez lui environ 250 jours par an. Il repart ce mercredi 14 août pour Valkenswaard. Ah, la vie d´artiste!


Philippe Putallaz comblé

3e avec L´Amie de Manfred Wilde (présent dans les tribunes), Philippe Putallaz s´est montré le meilleur Romand. Et la joie qu´il laissait éclater après la fin de sa 2e manche illustrait bien son bonheur. "Je suis très content. Une semaine avant, j´aurais signé tout de suite pour cette 3e place. Même si j´ai vu certains faire des fautes dans la 2e manche, j´ai monté plus vite que je ne l´avais décidé parce que le cheval sautait tellement bien" avouait le Genevois, regrettant de n´avoir pas pu partir après Ludo Philippaerts et Markus Fuchs. "Sans quoi j´aurais cherché à battre leur chrono. J´aurais pris des risques mais eux auraient dû en prendre encore plus".

Et le terrain? "Les chevaux ont souffert sur ce terrain, ils ont dû fournir des efforts énormes. Mais sans les handicaper, ce n´était pas un grand prix à la baisse, c´était un vrai grand-prix et le public et les cavaliers étaient contents. Seul le temps manquait" avouait Philippe Putallaz, comblé par la prestation de L´Amie. "Je pense encore mieux de ce cheval. Ne vous faites pas de souci, vous allez le revoir dans de très grosses épreuves".


Sur Maastricht D, Philippe Putallaz a remporté deux S1 à Verbier (photo: P. Mathieu)

3e du Grand Prix, deux victoires en S1 sur Maastricht D, 9 classements S1 et d´autres en M1-M2, Philippe Putallaz aurait sans doute été primé pour sa régularité sur l´ensemble du concours. "Mais comme d´habitude, chaque fois que je suis le meilleur du concours, il n´y a jamais de prix" regrettait-il. Consolation tout de même pour Philippe Putallaz qui, en tant que meilleur Romand du Grand Prix, a reçu un bon pour aller faire un tour des Alpes en hélicoptère avec quatre personnes offert par Hélicoptères Services.

Le cavalier d´origine valaisanne a donc brillé pour un retour au pays. Il avouait n´avoir pas eu de pression. "J´ai prouvé que je peux être parmi les meilleurs au point de vue temps, que je peux gagner un grand prix. Maintenant c´est à moi de prouver que les chevaux sont bons" concluait-il.

Nadia Gaumann et Sandra Putallaz font sensation

Deux amazones ont fait sensation: la Vaudoise Nadia Gaumann, 5e et double sans faute avec Quick Star III, et la Genevoise Sandra Putallaz, 8e sur Palmira von Hof CH.

Une vraie surprise pour Nadia Gaumann: "Je ne m´y attendais absolument pas. Je partais surtout pour voir comment Quick Star III se comportait dans une si grosse épreuve et dans un tel terrain. Et bien il a été fantastique!" lançait heureuse la cavalière de Gingins. Même émotion du côté de son papa Bernard, toujours là pour soutenir sa fille, toujours couvert de son chapeau noir. "Je suis fier, heureux, content d´être là. Elle a bien monté, s´enthousiasmait-il. Je ne pensais qu´elle irait aussi loin quand on a acheté Quick Star III à 4 ans et demi, on ne voit pas si loin. C´est sa meilleure saison. Le cheval s´entend bien avec elle, elle s´entend bien avec le cheval. Il faut être deux mais ne faire qu´un en piste".

Déjà brillants à Müntschemier (BE) une semaine auparavant où ils avaient enlevé le petit grand prix, Nadia Gaumann et Quick Star III (9 ans) enchaînent les bons résultats. "Ces temps, le cheval est sur un nuage", avoue Nadia. "A force de monter de grosses épreuves, on se met en confiance et à l´aise." Le travail de formation qu´elle a effectué sur Quick Star III, acheté à 4 ans et demi chez Jurg Notz, porte en tout cas ses fruits. "Même se c´était un bon cheval à la base, à 5 ans, il n´avait jamais fait de concours. Il ne savait pas galoper et n´avait aucun travail en dressage".


Sandra Putallaz et Palmira von Hof CH, excellents 8es dans le Grand Prix (photo: P. Mathieu).

8e, Sandra Putallaz était elle aussi comblée. "Palmira m´a épatée. Elle était très à l´aise malgré les conditions" relevait Sandra Putallaz, qui a dû essuyer un refus de sa jument dans la 2e manche. "Je suis arrivé sur une trop grosse foulée" analysait-elle. Prochain grand rendez-vous pour Sandra et Palmira, c´est le championnat suisse élite. "Daniel Etter m´a encore dit que les parcours seraient énormes. Mais bon, on verra jusqu´où on peut aller. Certains m´ont dit que ma jument était capable de tout" avouait Sandra, toujours très calme.

D´autres Genevois ont brillé à Verbier

Le concours de Verbier attire toujours autant les cavaliers genevois qui se sont distingués à plusieurs reprises. Jessy Putallaz a gagné deux fois en libre avec la jument Gamba de Couvrigny qu´il ne monte que depuis fin juin. "Je suis d´autant plus content que je n´avais pas l´habitude de monter des chevaux en parcours" confiait Jessy qui a fait ses gammes à poney. Juste après le Grand Prix, Alice Longchamp s´est aussi imposée dans un libre. Avec Fernando XIV, elle avait déjà été 3e et deux fois 5e. Classements aussi pour Céline Hayoz (Dylan de Villiers), Jessica Giacometti (Eliot de Baussy), Céline Fasana (Galopin XX), Sophie Chappuis (Bunix de Rolencour), Maud Maréchal (Nevada), Anne-Marie Putton (Waterside) et Stéphanie Meeus (Calatus).


Martine Jucker et Black Make Up ont remporté un L2 (photo: P. Mathieu).

Victoire aussi pour Martine Jucker (Black Make Up) en L2. Dans cette catégorie, 2e place pour Martial Perrin (Coco Cabana), également 3e sur Next One, et classements pour Tyffanie Hegg (Isba de la Bosse), Serge Grandjean (Matheo CH), Tracy Ann Willimann (Bluebell Girl CH), Cédric Bruchez (Teddy Brown), Olivier Bourqui (Rinda van Essene) et Fabrice Cottagnoud (Foehn d´Utah).

En M1, on retiendra la 2e place de Julien Pradervand (Montréal III), les 3es places de Sandra Putallaz (Vixen la Tuilière), Olivier Bourqui (Storno del Terriccio) et Martial Perrin (Happy Few), les 4es places de Patricia Ségura (Real Future) et Philippe Putallaz (Mélana) et les classements de Martial Perrin (Happy Few), Isabelle Groothaert (Quastourelle), Cédric Marie (Laenny) et Marc Balavoine (Jamero). 

En M2, 2es rangs pour Vincent Deller (Black Dust), Pascale Dusseiller (Jordan IV et Caruso IX). Alicia Heiniger (Hugo du Sart) s´est classée 4e, Chiara Wilde (Mounten Clover) 5e. Fabrice Cottagnoud (SPCS Rivjiena) était 7e d´un M2 remporté par Daniel Etter, tandis que Vincent Deller (Delphia II) était 8e d´un M2 remporté par Markus Fuchs. Classements aussi pour Carole Moser (Ledison). En R4, bonne 6e place de Grégory Grandjean (Ce Prince) et 9e place pour Nicolas Frimenich (Dionysos II), aussi classé 2e. 10e place pour Marie-Laurence Antonin (Dalmatie). 

En S1, on l´a dit, Philippe Putallaz s´est imposé à deux reprises avec Maastricht D. Il classait aussi Renardos (5e et 7e) et L´Amie (4e et 16e). Classements aussi pour Sandra Putallaz (Plamira von Hof CH, 4e et 8e), Pascale Dusseiller (Jordan IV, 2e et Quality, 11e), Fabrice Cottagnoud (SPCS Calvin, 12e) et Olivier Bourqui (Falco de Gouville, 15e).


Grégory Grandjean à la remise des prix (photo: P. Mathieu).

En R2, succès de Grégory Grandjean (Rubber Ball et 2e sur Ce Prince), Alisson Eissler (Ascotte de la Malotte) et Ludivine Collot (Summer Dream) et 2es places pour Morgane Riond (Giruta et Iris XII CH) et Sophie Moser (Best of Paris Chic). Classements pour Fiona Bonnamy-Pictet (Ludolfs et Saumur), Camille Renaud (Eowyn), Anastasia Scherz (Haiyak du Courtil et Dorsanne), Romain Jucker (A Gogo), Laura Firmenich (Irina XI), Camille Bühler (Arabesque X CH), Karin Huber (Helvétie des Forges), Yanis Varetz (Hopi des Isles), Garance Stackelberg (Gazelle du Boulay) et Catherine Desbiolles (Félicia du Roset CH).

En R3, victoire pour Marie Vitoux (Cléa de Dalhuet) devant Fabienne Burrus (Pleasures van Polka). 2e place pour Grégory Grandjean (Ce Prince). Classements pour Léonard Pictet (Irano III CH), Fiona Bonnamy-Pictet (Epinal), Cédric Antille (Elda du Silly), Laura Firmenich (Irina XI) et Tanya Egger (Diego de Chignan CH).

P. M.