Fédération Genevoise Equestre

Retour sur le 43e CSI-W de Genève

Retour sur les temps forts du 43e Concours hippique international de Genève et les réactions de quelques stars qui y ont participé. Geneva Palexpo était plein à craquer samedi soir 6 décembre à l'occasion de la 3e finale du Top Ten Rolex-Gandini. Le spectacle fut intense jusqu'au bout. Après la première manche, 5 cavaliers sans faute pouvaient encore espérer s'imposer. Sur le deuxième tracé réduit, on vit les 5 prétendants prendre beaucoup de risques. Notamment Marcus Ehning sur For Pleasure qui signait le meilleur temps mais commettait une faute qui le reléguait au 3e rang final. Lars Nieberg et Lucie déroulaient un parcours plus lent et s'en tiraient sans faute (2es). Mais Rodrigo Pessoa et Baloubet du Rouet allaient se montrer plus rapides. A eux la 3e finale du Top Ten !


Les 3 lauréats de la 3e finale du Top Ten (de g. à d.): Lars Nieberg (2e), Rodrigo Pessoa (1e) et Marcus Ehning (3e).

9e en 2001 et 7e l'an dernier, Rodrigo Pessoa s'est donc ressaisi. « C'est une épreuve unique et je suis ravi de l'avoir gagnée d'autant plus que j'avais passé à côté des deux dernières éditions. C'est un projet que j'ai mis sur pied avec mes camarades du Club International des Cavaliers. Donc aujourd'hui, c'est un jour assez spécial pour moi ». Baloubet du Rouet aurait-il fait la différence cette année ? (ndlr : Rodrigo ne l'avait pas monté dans le Top Ten en 2001 et 2002). « Non, quand on choisit un cheval pour une épreuve, on est convaincu que c'est le meilleur qu'on ait à ce moment là. C'était une stratégie l'an passé puisqu'on préparait le Grand Prix de dimanche qu'on avait remporté. Lianos n'était pas dans son meilleur jour l'an passé. J'ai donc patienté ».


Après sa victoire dans le Top Ten, Rodrigo Pessoa est félicité par ses camarades cavaliers dont le sympathique Français Hubert Bourdy.

Le Brésilien n'abordait pourtant pas cette finale dans les meilleures conditions. Fiévreux, il n'a disputé que les épreuves majeures depuis le jeudi. « Si c'était un autre concours, je serais rentré chez moi. Mais ici à Genève, il y a la finale du Top Ten et le Grand Prix Coupe du monde. C'est important pour moi d'y participer » confiait-il.

Coup de théâtre : Markus Fuchs contraint à l'abandon


Tout se passait bien dans la première manche pour Markus Fuchs et Tinka´s Boy jusqu´à trois obstacles de la fin où le Saint-Gallois était contraint à l´abandon.

Si le spectacle offert fut somptueux, le coup du sort survenu à Markus Fuchs a attristé toute l'assistance et les organisateurs du concours genevois. Le numéro un mondial a en effet dû interrompre sa première manche suite à une douleur à un adducteur. « A midi, il avait déjà un peu mal et ne savait pas s'il pourrait monter ce soir, confie Inger Fish, la responsable des relations publiques du Team Sony Ericsson dont fait partie Markus. Ce soir, après quelques sauts, il a ressenti une forte douleur mais a continué son parcours vu qu'il était sans faute. Mais tout d'un coup il a ressenti une douleur comme un coup de couteau dans le ventre et a été contraint à l'abandon ».
 


Après avoir repris ses esprits assis au bord du terrain d´entraînement, Markus Fuchs, accompagné du Dr Conti, prend la direction de l´Hôpital de La Tour pour y subir les premiers examens.

Markus a quitté la piste de Geneva Palexpo les larmes aux yeux et a pris la direction de l'Hôpital de La Tour pour y subir les premiers examens. Selon Inger Fish, Markus Fuchs avait déjà ressenti des douleurs aux adducteurs au mois de juillet. Depuis, il s'est soigné et prend le temps de s'échauffer avant de monter. Quand on occupe le sommet de la hiérarchie mondiale, il faut se battre sans répit pour conserver ce rang. Markus a eu une saison 2003 chargée. « C'est peut-être dû à la fatigue aussi » ajoute Inger Fish. Samedi soir tout un pays pleurait son champion. « Il y en avait même qui pleuraient en coulisse » précise Alban Poudret, vice-président du comité d'organisation.

Aux dernières nouvelles, Markus Fuchs souffre d'un claquage de la ceinture abdominale à droite avec une inflammation musculaire, de même qu'un claquage de l'adducteur de la cuisse droite avec un œdème musculaire moyen. Une thérapie spécifique devrait lui permettre de participer aux CSI de Leipzig (22-25 janvier 2004) et de Zürich (29 janvier-1er février 2004). D'ici là, Markus devra observer une pause d'environ un mois.

4e finale du Top Ten à Genève ?


Rodrigo Pessoa, ici sur le paddock d´entraînement juste avant la 2e manche de la finale du Top Ten, aimerait bien voir Bruxelles accueillir la 4e édition du Top Ten. « Nous allons tenter de trouver des sponsors et mettre sur pied un concours digne d'accueillir la finale du Top Ten. Si tel n'est pas le cas, il n'y a pas de raison de quitter Genève ».

Impossible pour l'heure de dire où la 4e finale du Top Ten aura lieu. « Il y a des candidats en Belgique, en Hollande et en Allemagne, confie Eleonora Ottaviani la directrice du Club International des Cavaliers. Mais Genève reste bien sûr en lice ! ». Basé en Belgique, Rodrigo entend bien emmené la finale là-bas. « Nous allons tenter de trouver des sponsors et mettre sur pied un concours digne d'accueillir la finale du Top Ten. Si tel n'est pas le cas, il n'y a pas de raison de quitter Genève ». L'Allemand Lars Nieberg, toujours exigeant, a loué la qualité du concours genevois. « On peut difficilement faire mieux ailleurs » a-t-il déclaré après avoir fait des éloges sur la construction des parcours assurée par les Suisses Rolf Lüdi et Heiner Fischer.

Grand Prix Rolex : Thomas Velin vainqueur


Le sympathique et discret cavalier danois Thomas Velin, vainqueur du Grand Prix Rolex comptant pour la Coupe du Monde.

Parcours exigeant mais fair-play selon les cavaliers pour le point d'orgue du 43e CSI-W de Genève, le Grand Prix Rolex comptant pour la Coupe du Monde. 13 obstacles d'une hauteur moyenne d'1 mètre 60 pour un parcours initial conclu sans faute par 11 cavaliers dont 3 Suisses, Fabio Crotta, Daniel Etter et le Fribourgeois Christophe Barbeau. Ce dernier avait la tâche délicate d'ouvrir ce barrage. Il s'en sorti fort bien avec un sans faute sur Querly Chin pour terminer finalement 4e derrière l'Américain Peter Wylde (Fein Cera), l'Allemand Otto Becker (Dobel's Cento) et le vainqueur Thomas Velin (Equest Carnute).

Après Berlin et Stockholm, le jeune Danois signait son 3e succès en Grand Prix. « J'ai la chance de pouvoir compter sur un excellent cheval. Il est très intelligent, attentif, respectueux et simple à monter » avouait Thomas Velin. Son père l'a acheté il y a 5 ans pour une somme faramineuse, près de 3,5 millions de francs suisses ! « Depuis le premier concours que nous avons fait ensemble, nous avons fait des parcours exceptionnels. Plus il saute, mieux il va » se réjouit le jeune Danois qui remontait à la 3e place du classement général de la Coupe du Monde.

Avant la 6e manche de Londres le 21 décembre, celui-ci reste dominé par le champion d'Allemagne Marco Kutscher, pénalisé de 4 points au barrage (9e), devant Eric Van Der Vleuten. « J'adore le circuit indoor de la Coupe du monde. C'est l'occasion unique de se rendre dans les meilleurs places de concours hippiques du monde. D'ailleurs pour moi Genève est l'un des plus beaux concours qu'il n'ait jamais existé. J'aime venir ici, tout est parfait ! » concluait Thomas Velin.

Après notamment deux victoires et cette 3e place dans le Grand Prix Rolex, l'Américain médaillé de bronze aux Mondiaux Peter Wylde a été sacré meilleur cavalier du concours genevois. Il a ainsi reçu une magnifique Land Rover. Après avoir travaillé un an et demi chez Gerhard Etter à Müntschemier (BE), l'Américain était ravi de revenir en Suisse. « C'est un pays que j'aime bien. Je suis toujours heureux de revenir ici. J'adore le concours de Genève qui est le meilleur du monde. Donc en être le cavalier le plus régulier, c'est extraordinaire ». Interrogé sur les raisons de sa régularité et de sa réussite, il confiait. « J'ai le bonheur d'avoir trois excellents chevaux ». Aujourd'hui, l'Américain habite Maastricht aux Pays-Bas. Ses (18) chevaux sont basés près de Liège (Belgique) dans une écurie privée.

Barbeau magnifique comme l'an passé


Au nom de Rolex, Alicia Heiniger remet à Christophe Barbeau une magnifique montre le récompensant en tant que 2e meilleur cavalier du CSI-W genevois.

Trois Suisses étaient au barrage on l'a dit. Et comme l'an passé, Christophe Barbeau et Querly Chin se sont mis en évidence. « Je suis d'autant plus content que j'avais un peu de pression par rapport à l'an passé. Tout le monde attendait une confirmation de ma 5e place l'an passé. Il n'y a pas assez de mots pour qualifier Querly Chin. C'est une jument extraordinaire. On a vraiment une bonne complicité. Je sens quand elle est bien, moins bien. Elle est très expressive. Aujourd'hui, elle était parfaite » s'enthousiasmait le Fribourgeois qui vient de fêter ses 38 ans. « J'espère pouvoir aller à Londres dans deux semaines. Mais la Suisse n'a qu'une place à disposition en Coupe du Monde. Ce n'est pas facile. Les organisateurs préfèrent avoir Markus Fuchs, Willi Melliger, Beat Mändli ou Steve Guerdat qui sont plus médiatisés » résumait avec le sourire le Fribourgeois qui commence tout de même à se faire un nom au plus haut niveau. Prometteuses aussi les qualifications pour le Grand Prix Rolex des jeunes Fabio Crotta, Daniel Etter et Pierre Kolly appelés à prendre la relève des plus expérimentés.

« Je suis la liste pour faire les JO. Tout dépendra du début de saison de la jument à l'extérieur. J'ai pratiquement l'assurance de mes propriétaires (ndlr : les Stolz) de pouvoir la garder. Il faudrait vraiment un prix de folie pour qu'on ne puisse pas dire non. En plus la jument  est délicate, elle ne va correspondre à beaucoup de cavalier ». 

Comme Peter Wylde, Christophe Barbeau a été régulier et sacré deuxième meilleur cavalier du CSI-W genevois. Au nom de Rolex, Alicia Heiniger lui a ainsi remis une élégante montre. Quant à l'Allemand Ludger Beerbaum, qui a un manqué les deux grands rendez-vous (une faute dans le Top Ten et deux dans le Grand Prix Rolex), il a tout de même été sacré 3e meilleur cavalier de l'événement.

Chefs de pistes et organisateurs complimentés


Infrasctructures de qualité, public nombreux, meilleurs chevaux et cavaliers du monde, tout était réuni pour que la fête soit belle!

Les chefs de piste suisses Heiner Fischer et Rolf Lüdi ont une fois de plus recueilli tous les suffrages de la part des cavaliers. La clé du succès ? « Lüdi est créatif. Moi je contrôle. On discute beaucoup entre nous » avoue Heiner Fischer.

A l'unanimité, les cavaliers ont fait l'éloge de l'organisation du concours hippique genevois. « C'est la 5e fois que je viens à Genève. C'est le meilleur concours du monde » lançait le vainqueur du Grand Prix Rolex Thomas Velin. « Je souhaite rendre hommage aux constructeurs et aux organisateurs. J'ai eu énormément de plaisir à participer à ce concours » avouait l'Allemand Otto Becker.


Maria Carvajal et Marie-Claire Remund (à d.), ici à la table du start, font partie de ces nombreux bénévoles sans qui le CSI-W de Genève n´existerait pas.

Le président du CSI-W Pierre E. Genecand a bien sûr accueilli avec plaisir ces compliments. Il a relevé le « dévouement énorme » et a remercié les participants, les sponsors, les médias qui sont de plus en plus nombreux à couvrir l'événement, et les 730 bénévoles qui ont œuvré sans relâche. Il s'est dit également enchanté de l'affluence du public. Plus de 37´000 personnes se sont déplacées en 4 jours.


Pierre E. Genecand et son équipe vont devoir se battre pour garder à Genève la finale du Top Ten que tant d´autres concours leur envient.

Reste à persévérer sur cette voie. Pour tenter de garder la tant convoitée finale du Top Ten et l'unique manche helvétique de la Coupe du Monde que Zürich souhaiterait inscrire à son programme. « On va tout faire pour garder cette finale du Top Ten. Elle n'est pas acquise. Beaucoup de villes nous envient et aimeraient l'avoir » ajoute Pierre E. Genecand. « On devra peut-être changer de halle mais on tâchera de nouveau de présenter au public un superbe concours comme on l'a fait cette année ». Quant à son éventuel retrait de la présidence. « Vous serez au courant dans le premier trimestre de l'année prochaine. On vous présentera le nouveau comité. Mais il n'y aura pas de grands changements. On mise sur la continuité. Il n'y a pas de raison de tout bouleverser ».

« Nos sponsors sont fidèles. Même si nous en avons eu plus cette année, nous n'arriverons malheureusement pas à couvrir le budget. Les charges sont tellement démentielles pour monter une telle manifestation à Palexpo. Et à Genève, tout coût plus cher. Mais les résultats seront sans doute meilleurs que l'an passé ». Pierre E. Genecand sera certainement dans les tribunes du Supercross de Genève. « C'est agréable d'être dans les tribunes en tant que spectateur » conclue-t-il avec le sourire.

Rendez-vous pour la 44e édition qui aura lieu du 9 au 12 décembre 2004.

Finale du Jockey Club: Katty Jarrett domine 


Sur sa jument Hiloa Louvo, la Française Katty Jarrett a remporté deux épreuves du Jockey Club.

Depuis 1994, le Jockey Club fait des heureux. Les organisateurs profitent d'une rentrée financière importante et donnent l'occasion unique à des cavaliers licenciés amateurs, pour certains professionnels, de courir sur la plus grande piste indoor du monde dans le contexte si particulier d'un CSI-W de cette envergure.

Pour sa première apparition à Geneva Palexpo, la cavalière française de 28 ans Katty Jarrett aura signé deux victoires dans les épreuves du Jockey Club. Vendredi, elle devançait la Genevoise Johannne de Coulon (Lesterette R) dans un R3/M1 avant de remporter dimanche la finale réunissant les meilleurs des trois épreuves du Jockey Club.


La jeune Céline Fasana gardera un excellent souvenir de ses premiers parcours à Geneva Palexpo.

Sur sa jument française de 8 ans Hiloa Louvo, la responsable du Centre Equestre Equilibre à Evian a bouclé son parcours sans faute le plus rapidement. Personne n'a réussi à aller plus vite. 2e sur Girondelle, le Genevois Charles Turrettini n'avait pourtant pas traîné, tout comme Céline Fasana sur Lionne qui termine 3e. A 16 ans, l'amazone de Corsier était ravie de ce résultat. C'était la première fois qu'elle foulait avec sa jument la piste du CSI de Genève. « C'était déjà fantastique de pouvoir participer. J'étais super contente. 3e dans la finale, je ne pouvais pas rêver mieux. J'espère pouvoir revenir. Ça fait un peu bizarre au début on a un peu peur de monter à Palexpo. Mais une fois qu'on est dans le coup ça va. Je souhaite à tout le monde de pouvoir y aller une fois » lançait Céline Fasana.

Vainqueur de l'épreuve R4/M2 du vendredi sur Rico XVI, la Vaudoise Nadia Gaumann connaissait moins de réussite dans cette finale avec Reaker en commettant deux fautes. Pourtant, le jeudi, un sans faute au barrage leur avait permis de terminer 2es du R2/L2 derrière la vainqueur Roxane Polla (Jasmine de Pesquerie), tandis que Céline Stadler (3e, Galatée III), Corinne Magnenat (4e, Oriba) et Jessica Aellen (6e, Jefferson V) se distinguaient aussi. Dans le R4/M2 du vendredi, relevons aussi les classements de Charles Turrettini (6e, Girondelle II), Christophe de Senarclens (7e, Loubard de la Taille CH), Fiona Pictet (8e, Epinal), Dany Hunyadi (9e, Fanum des Devins), Vincent Deller (10e, Orlina CH) et Maurice Dabbah (11e, Omar V).

Bilan des 3 cavaliers genevois

Pascale Dusseiller :


Pascale Dusseiller: contente de la progression de Quality. 

« Dans la grosse épreuve du premier jour, Quality a fait 4 points tout comme le lendemain. Dans l'épreuve des combinaisons assez difficile, elle était mieux dans le bain. Je la sentais de mieux en mieux. Dimanche, une 5e place le matin. Nette progression sur les 4 jours. Je suis contente de ce concours » La suite ? « Je vais la laisser au repos et recommencerai l'année prochaine avec les Grand Prix et manches qualificatives pour le championnat suisse ».

Philippe Putallaz :

 
Philippe Putallaz lors de la remise des prix du Prix Télévision Suisse Romande, la chasse sans selle, qu´il a remportée sur Maastricht D. La championne d´Europe Julie Delaporte y termine à une excellente 3e place sur Top World Princess. 

« Bilan assez positif. J'ai fait plusieurs classements avec mes chevaux. J'étais 5 fois premier non-classé, une fois 2e, une fois 4e, une fois 8e et je gagne la chasse sans selle. Je suis très content de Maastricht D qui n'a que 9 ans. Elle devient de mieux en mieux. Je vais la monter l'an prochain dans des parcours moins vite. Renardos m'a un peu déçu mais je sais qu'il ne saute pas bien à l'intérieur. L'Amie content. Le cheval a bien sauté. Après avoir discuté avec des pros ici, je me suis rendu compte qu'il a bien progressé depuis que je le monte. J'ai dû me battre et parfois forcer à l'entraînement. Là il aura une pause de 2 mois avant de recommencer le travail et le saut en avril-mai à l'extérieur. J'y crois et je pense qu'il va devenir un crack.


Philippe Putallaz et Ganaelle du Roset CH en pleine finale du youngster tour le dimanche.

Je suis aussi enchanté des deux chevaux suisses. La jument Flamme du Roset CH de Yves Beyeler s'est bien comportée. J'étais ravi de la voir montée par mon copain Reynald Angot. On avait parlé de cette jument à Liège la semaine passée et là il a pu la monter, c'est bien. Ganaëlle du Roset CH, qui n'avait pas sauté depuis les mondiaux de Lanaken, faisait son retour au haut niveau. Deux fois classée, une faute dans la finale. La famille Rizzoli et moi avons de quoi être content. Un grand moment, on apprend beaucoup. Il y a deux concours dans le monde qui ont une telle qualité. Aix-la-Chapelle et Genève. Le niveau des cavaliers est très élevé ». La suite ? « Vacances. Cela fait deux ans que je n'en ai pas pris. Je vais partir au soleil j'en ai besoin ! »

Céline Stauffer :


Céline Stauffer sur Daloubet d´Evordes dans le paddock d´entraînement juste avant le Grand Prix Rolex. 

« Surtout très contente de Lorifee ma jeune jument de 8 ans qui a classé dans les 10 premiers dans les trois épreuves du youngster tour. Sinon Daloubet d'Evordes a bien sauté : 4 points le premier jour, 4 points dans la qualificative ce qui m'a permis de me qualifier pour aujourd'hui. Un peu déçue de la 2e barre dans ce Grand Prix Rolex. Avec 4 points, on aurait peut-être été classés ». Et la blessure au pied ? « J'ai reçu un coup de pied jeudi sur la place d'entraînement ce qui m'a valu un petit tour à l'hôpital. Il n'y a rien de cassé. Un gros hématome et des douleurs ». La suite ? « Départ mercredi pour Francfort. Entre Noël-Nouvel An Mechelen en Belgique ».