Fédération Genevoise Equestre

TREC: initiation et entraînement à Satigny


Les organisatrices Valérie Schweger (à g.) et Nathalie Hofer entourent Laurent Mazzocut, membre de l´équipe de France de TREC et ancien champion du monde par équipe, qui est venu dispenser ses précieux conseils aux participants à l´entraînement donné lundi de Pentecôte.

Dimanche et lundi, la technique de randonnée équestre de compétition, appelée le TREC, était à l’honneur sur le terrain de Franchevaux à Satigny à l’occasion d’une journée d’initiation et d’un cours organisés par deux passionnées genevoises, Nathalie Hofer et Valérie Schweger. Une initiative bienvenue puisque les cours de TREC en Suisse romande sont rares. « Comme nous organisons un TREC à Satigny cet été, on essaie de recruter. Par ailleurs, l’entraînement est bienvenu pour améliorer le niveau des équipes suisses seniors et juniors qui participeront aux prochains championnat du monde et d’Europe en Allemagne (10-12 septembre) et des amateurs de TREC de la région » confie Nathalie Hofer.


Dimanche, 24 personnes, venues de la région et même de Berne et d’Annecy, ont suivi l’initiation donnée par les deux organisatrices, Marie-Laure Chardonnens et Martine Vex. « Sur les 24 participants, 18 n’avaient jamais fait de TREC. Nous leur avons montré les bases de la topographie et les obstacles du parcours en terrain varié, histoire de les familiariser avec la discipline » explique Valérie Schweger. L’intérêt des participants semblait marqué. Beaucoup ont acheté des boussoles et des cartes. On devrait donc les retrouver lors d’une prochaine compétition !



Lundi: place aux plus confirmés

Le lendemain, place à un entraînement destiné aux plus confirmés en présence du Français Laurent Mazzocut. L’ancien champion du monde par équipe de TREC, que Nathalie Hofer et Valérie Schweger ont connu lors des compétitions internationales, est venu pour la première fois en Suisse partager son expérience. « Nous avons travaillé sur la base de questionnaires d’évaluations remplis avant ce cours par les participants que nous avons groupés par 4 en fonction des besoins et des attentes » explique Laurent Mazzocut. De quoi faire du travail sur mesure ! « L’accent a été mis sur la docilité du cheval et la confiance » précise le Français basé près de Lyon.


 
Une partie théorique avec Laurent Mazzocut, suivie avec beaucoup d´attention par les participants, a précédé la mise en pratique.

Autant d’éléments importants quand on sait que, pendant le parcours en terrain varié, le cheval doit reculer entre des barres parallèles ou monter dans un van et le cavalier ouvrir un portail. Avant la mise en pratique, les participants ont suivi une séance théorique basée sur la pédagogie. « Il est important de faire comprendre aux gens par exemple comment faire reculer un cheval. Le cavalier doit utiliser des critères compréhensifs pour leur cheval » indiquait Laurent Mazzocut. Exemple choisi parmi les conseils donnés durant cette séance théorique : « Si le cheval a bien fait l’exercice, on le récompense par une caresse ou par la voix. En revanche, s’il l’a mal fait, on recommence. Mais en aucun cas on utilise la cravache qui sert uniquement à renforcer l’action des jambes ».

Expérience enrichissante

« C’était vraiment bien, lance Sandy Cibrario (ici à g. en photo avec Nathalie Hofer), l’une des participantes à l’entraînement. La partie théorique-pédagogique permet de décomposer les mouvements et d’analyser les erreurs ou les actions. Laurent Mazzocut nous a montré comment faire juste. La mise en pratique était enrichissante d’autant plus qu’on n’a pas toujours l’occasion de s’entraîner sur les obstacles de TREC tels que le pont ou le portail ». Après avoir goûté aux concours de saut, Sandy Cibrario a trouvé son bonheur dans la randonnée. Cette année, elle participera pour la première fois à des compétitions de TREC avec sa jument Sulivane qui est en pension dans une écurie privée près de Sézegnin. « C’est moins stricte que les concours de saut et j’aime bien le côté polyvalent du TREC » confie-t-elle.  


Expérience enrichissante aussi pour Laurent Mazzocut. « Je ne suis pas enseignant et n’ai donc jamais donné de cours. Je découvre un autre métier et c’est fort enrichissant. En tout cas j’ai apprécié l’expérience d’autant plus que c’était dans un cadre sympathique » lançait-il avec le sourire avant de conclure. « Il y a de bonnes bases, la volonté est là, mais il y a encore du travail ! J’ai donné aux participants une méthode de travail basée sur mon expérience et mes connaissances. J’espère qu’elle leur sera profitable ».



Jérôme Bonnamy s´est occupé de la partie saut lors de l´entraînement du lundi. Un accent a été mis sur le travail d´approche des obstacles naturels et le passage des endroits étroits.  

Jérôme Bonnamy s’est occupé de la partie saut. « Nous avons travaillé la franchise de l’approche des obstacles naturels et la maîtrise de la direction afin de faciliter le franchissement des passages étroits » confie-t-il. « C’est la première fois que je donne un tel cours et suis très impressionné par la faculté d’adaptation à l’obstacle des participants. Il y a une complicité qu’on ne retrouve pas chez certains cavaliers de saut et ça se voit ! ».


A Satigny, on a joint l’utile à l’agréable. Un grand pic-nic était organisé à midi. Chacun est rentré chez lui enrichi par ces journées placées sous le signe de la convivialité propre au TREC.


P. M.

 

Le TREC se développe



Nicole Dittus et Yenko, le cheval de sa professeur Nathalie Hofer, devraient participer cet été au premier Championnat d´Europe juniors de TREC en Allemagne.

Le TREC se développe et fait de plus en plus d’adeptes attirés par le côté nature et convivial de la discipline. Cette année a été créée la Coupe suisse de TREC. L’idée a été lancée par le Valaisan Daniel Rey puis développée notamment par Castora Bovon et le Genevois Jean-Pierre Michel, organisateur du TREC de Versoix. Elle récompensera les plus réguliers des compétitions de TREC organisées en Suisse cette année.


Cette année, une équipe suisse seniors participera de nouveau au championnat du monde en Allemagne (10-12 septembre). La Genevoise Valérie Schweger, basée dans une écurie à Valleiry en France voisine, a de bonnes chances d’y prendre part. Quant à Nathalie Hofer, qui a déjà participé trois fois aux mondiaux, elle a préféré y renoncer cette année. Pour donner la chance à l’une de ses élèves, Nicole Dittus, qui montera son cheval Yenko dans le premier championnat d’Europe juniors, organisé en même temps que les Européens seniors. Pour vivre ce championnat du monde de manière différente aussi. En tant que juge peut-être.


Mais avant ces grands rendez-vous, tant Valérie Schweger que Nicole Dittus devront passer par les étapes de qualifications, à savoir différentes compétitions en Suisse dont une en France et les championnats suisses disputés dans le Jura début juillet. Ce sera le premier championnat suisse juniors. 


P. M.

 

Les papables :

 

Championnat du monde séniors :

Valérie Schweger (Genève)

Tamara Pidoux (Begnins)

Martine Vez (Morges)

Florence Buffat (Sergey)

Véronique Rufi (Coudray)

 

Championnat d’Europe juniors :

Nicole et Andrea Dittus (France voisine)

Stéphanie Keufer (Morges)

Jeannine Perroud (Chavornay)

Lucy Duc (Curtilles) 

Compétitions de TREC à Genève :

TREC de Satigny, 24-25 juillet 2004

Renseignements et inscriptions dans notre rubrique TREC/TREC Satigny 2004.

Organisatrices: Valérie Schweger (079 626 26 03) et Nathalie Hofer (078 768 92 92)


TREC de Versoix, 11-12 septembre 2004

Organisateurs : Jean-Pierre Michel (TREC monté) 022 779 13 42 et Tamara Zaslavsky (TREC attelé) 079 653 22 47

 

Renseignements sur le TREC :

Notre rubrique TREC
Site Internet www.asre.ch